La cargaison du Titanic

 

Le Titanic, que l'on surnommait, entre autres, la "ville flottante", transportait dans ses cales et ses magasins une impressionnante cargaison de vivres, de bagages et de marchandises diverses, à l'image de son gigantisme.
De nombreuses entreprises de l'époque, confiantes en l'image de sécurité qui avait été entretenue sur le nom du navire, lui avaient confié le transport de leurs produits à destination des Etats-Unis.
Le poids total des bagages et du fret s'élevait ainsi à 900 tonnes et on estime entre 700 et 800 le nombre de colis transportés ...

Cette page a pour but de donner un aperçu de la cargaison, en mettant en évidence un éventail de marchandises courantes se trouvant à bord, mais aussi d'un certain nombre de produits insolites ...

 

 

Les vivres, les ustensiles de table, le linge et la literie

 

Le Titanic était largement pourvu en nourriture: d'énormes quantités de vivres, nécessaires à satisfaire les besoins des passagers et de l'équipage avaient été chargées à bord avant le départ de Southampton, sur les ponts D, E, G et Orlop (l'un des magasins à vivres était réfrigéré).
Regardez plutôt ...

PROVISIONS  DE  NOURRITURE  ET  BOISSON

Viande fraîche: 34 tonnes
Lard et jambon: 3,4 tonnes
Ris de veau: 1000
Volaille et gibier: 11,3 tonnes
Poisson frais: 5 tonnes
Poisson séché et salé: 1,8 tonnes
Saucisses: 1,1 tonne
Oeufs frais: 40000
Lait frais: 7000 litres
Lait condensé: 2700 litres
Crème fraîche: 1400 litres
Beurre frais: 2,7 tonnes
Farine: 200 barils
Sucre: 4,5 tonnes
Céréales: 4,5 tonnes
Pommes de terre: 40 tonnes
Riz, haricots secs: 4,5 tonnes
Oignons: 1,6 tonne (35000 têtes)
Laitues: 7000 têtes
Asperges fraîches: 800 bottes
Petits pois frais: 1 tonne
Tomates: 2,8 tonnes
Pommes: 3180 caisses
Oranges: 180 caisses (36000)
Pamplemousses: 50 caisses
Citrons: 50 caisses (16000)
Raisins secs: 450 kg
Confiture: 500 kg
Café: 1 tonne
Thé: 360 kg
Pains de mie: 1000
Crème glacée: 2000 litres
Bière et stout: 20000 bouteilles
Vin: 1500 bouteilles
Alcool: 850 bouteilles
Eau minérale: 15000 bouteilles
Cigares: 8000

 

Et pour consommer tout ceci, il y avait vaiselle et couverts en quantités respectables ... 

VAISSELLE,  VERRES  ET  COUVERTS

Plats à entrées: 400 
Plats à viande: 400
Plats à légumes: 400
Plats à soufflé: 1500
Plats à pudding: 1200
Beurriers: 400
Terrines: 1200
Saladiers: 500
Salières: 2000
Cafetières: 1200
Théières: 1200
Sucriers: 400
Pots à crème: 1000
Coupes à fruits: 400
Assiettes à déjeuner: 2500
Assiettes à soupe: 4500
Assiettes à bouillon: 3000
Assiettes plates: 12000
Assiettes en cristal: 1500
Assiettes à dessert: 2000
Assiettes à crème glacée: 5500
Soucoupes à déjeuner: 4500
Soucoupes à café: 1500
Soucoupes à thé: 3000
Tasses à déjeuner: 4500
Tasses à bouillon: 3000
Tasses à café: 1500
Tasses à thé: 3000
Verres à céleri: 300
Verres à cocktail: 1500
Verres à vin: 2000
Verres à liqueur: 1200
Verres droits en verre taillé: 8000
Coupes à champagne: 1500
Pichets à vin rouge: 300
Carafes: 2500
Rince-doigts: 1000
Vases à fleurs: 500
Fourchettes à huîtres: 1000
Fourchettes à poisson: 1500
Fourchettes: 8000
Fourchettes à fruits: 1500
Cuillers à oeufs: 2000
Cuillers à sel: 1500
Cuillers à moutarde: 1500
Cuillers: 5000
Cuillers à café: 6000
Cuillers à dessert: 3000
Couteaux à beurre: 400
Couteaux à poisson: 1500
Couteaux de table et à dessert: 8000
Couteaux à fruits: 1500
Pinces à asperges: 400
Pinces à sucre: 400
Porte-toasts: 400
Ciseaux à raisin: 100
Casse-noix: 300

 


Un aperçu de la vaisselle (objets retrouvés)

 

Le linge de bord et la literie étaient aussi en nombre plus que suffisant ...  

LINGE ET LITERIE

Tabliers: 4000
Linges de cuisine: 3500
Essuie-verres: 2000
Torchons de service: 6500
Essuie-mains à rouleaux: 3500
Essuie-mains: 8000
Serviettes de bain: 7500
Serviettes de toilette: 25000
Serviettes de table: 45000
Nappes: 6000
Couvre-lits: 3600
Edredons: 800
Couvertures: 7500
Dessus-de-lits: 3000
Taies d'oreillers: 15000
Draps à 2 personnes: 3000
Draps à 1 personne: 15000
Articles divers: 40000

 

Le fret

 

Avant le départ de Southampton, et pour couvrir les besoins de sa propre consommation d'énergie, le Titanic avait appareillé avec 5892 tonnes de charbon destinées à l'alimentation des chaudières. On estime qu'il restait environ 2800 tonnes au moment du naufrage.
Ses citernes contenaient suffisamment d'eau douce pour être consommée à raison de 64000 litres par jour.

Dans la cale courrier, sur le pont Orlop, se trouvaient 3364 sacs postaux (dont 200 sacs de correspondance recommandée) pesant plus de 50 kg chacun et contenant le courrier à destination des Etats-Unis. Rappelons que le transport du courrier était l'une des missions du Royal Mail Steamer Titanic, le Paquebot Courrier Royal.
Après le naufrage, le gouvernement des Etats-Unis ne réclama que 41,04 $ d'indemnisation pour le courrier recommandé perdu (l'une des plus faibles demandes).

 


Le chargement des sacs postaux et des malles

 

Le Titanic transportait une cargaison officiellement évaluée à 420 000 dollars 1912, soit environ 4,8 millions de dollars d'aujourd'hui. Cette valeur figurait sur le manifeste de cargaison et c'est celle qui avait été déclarée aux compagnies d'assurance.
La cargaison, entreposée sur les ponts D et Orlop, comprenait des marchandises des plus diverses.
La liste ci-dessous ne constitue qu'un extrait du manifeste, mais elle permet néanmoins de se faire une idée de la diversité des produits transportés.

Parmi toutes ces marchandises ayant fait l'objet de connaissements, on remarque, en fin de liste, la présence de 4 caisses d'opium ainsi que celle de la "fameuse" voiture Renault, dernier modèle 1912 et d'une puissance de 25 CV, que ramenait aux Etats-Unis le passager américain de 1ère classe William Ernest Carter, 36 ans.
Le fait que le manifeste répertorie ce véhicule comme étant "en caisse" a longtemps laissé penser que la voiture avait été transportée en pièces détachées, voire en sous-ensembles. Il est cependant acquis qu'elle se trouvait à bord entièrement assemblée et enfermée dans une caisse selon les règles de transport de la compagnie.
William Carter, rescapé du naufrage, réclama par la suite la somme de 5000 $ à sa compagnie d'assurance pour dédommagement de la perte de son véhicule.

A bord du Titanic, se trouvaient peut-être d'autres voitures de luxe (aucune preuve formelle n'existe quant à leur présence et à leur nombre) que de riches passagers ramenaient aux Etats-Unis. Selon le règlement de la White Star Line, chaque véhicule transporté devait être enfermé dans une caisse spéciale. Les voitures étaient embarquées sur le pont Orlop quelques jours avant le départ pour faciliter le déroulement des procédures d'embarquement (contrairement à la réalité, le film de James Cameron montre le chargement quelques heures seulement avant l'appareillage, véhicule non en caisse).
Aucune voiture n'a jamais été retrouvée ni même ce qu'il en resterait aujourd'hui.

 

Regardez l'extrait du manifeste de bord ...
(Pour consulter le manifeste complet, cliquez ici.)

MARCHANDISE

DESTINATAIRE

25 caisses de sardines Lazard Frères
75 caisses d'anchois Acker, Merrall & Condit.
107 caisses de champignons Knauth, Nachod & Kuhne
1963 sacs de pommes de terre ?
1196 sacs de pommes de terre Pape, Chas. & Company
318 sacs de pommes de terre Sauer, J.P. & Company
100 caisses de noix décortiquées Brown Brothers & Company
100 ballots de noix décortiquées Brown Brothers & Company
600 paquets de fromage Destinataires divers
70 paquets de fromage Bernard, Judas & Company
30 paquets de fromage American Express Company
1 caisse de fromages American Express Company
16 caisses de calebasses ?
437 tonneaux de thé Wright & Grahm Company
185 caisses de vin Hollander, H.
50 caisses de vin Acker, Merrall & Condit.
63 caisses de champagne Vandegrift, F.B. & Company
110 caisses de brandy Hollander, H.
190 caisses d'alcools Engs. P.W. & Sons
15 caisses de poils de lapin Brown Bros. & Company
3 caisses de peaux de lapin Broadway Trust Company
79 peaux de chèvres ?
3 ballots de peaux de mouton ?
12 caisses de plumes d'autruche ?
3 caisses de savon parfumé Crown Perfume Company
4 caisses de chapeaux de paille Lustig Bros.
34 caisses d'articles de sport   (1) Spaulding & Brothers
2 caisses de balles de tennis Downing, R.F. & Company
1 boîte de balles de golf Sheldon, G.W. & Company
11 caisses d'orchidées Maltus & Ware
1 caisse de gramophones Edison American Express Company
15 caises de dispositifs d'alarme Maltus & Ware
1 caisse de pipes de bruyère US Export Company
1 caisse de pâte dentifrice Park & Tilford
4 caisses de broderie ?
Poutres de chêne American Express Company
856 rouleaux de linoleum Witcombe, McGrachlin & Company
11 ballots de caoutchouc National City Bank de New York
2 barils de mercure American Express Company
53 bottes de paille Isler & Guve
4 caisses d'opium ?
100 ballots de gutta-percha Baring Bros. & Company
1 caisse automobile Carter, W.E.
1 tonneau de porcelaines Tiffany & Company

(1) dont clubs de golf et raquettes de tennis

 

... et le véhicule qui était en réalité celui de William Ernest Carter ...

 

Le chargement de la Renault de William Ernest Carter
dans le film de James Cameron

 


L'emplacement du parc à voitures (entouré de rouge)

 

Marchandises insolites, rares ou précieuses

 

Bon nombre de marchandises transportées par le Titanic restent encore inconnues. En effet, nombreuses sont celles dont la nature et la valeur exactes n'avaient pas fait l'objet d'une déclaration de la part de leurs propriétaires, auprès de la White Star Line et des compagnies d'assurance.

De ce fait, quantité de biens pour lesquels aucun témoignage n'a pu être recueilli après le naufrage, ou qui n'ont pas été réclamés par les rescapés ou leurs familles, demeureront dans l'oubli ...

Entre autes, citons les très nombreuses malles et caisses qui accompagnaient les passagers de 1ère et 2ème classes: par exemple, Mme Charlotte Drake Martinez Cardeza, millionnaire de Philadelphie, voyageait avec 14 malles, 4 valises et 3 caisses.

Parmi les marchandises et affaires insolites qui se trouvaient à bord ainsi que les objets précieux dont la présence était hautement probable, on trouve:

 


La Circassienne au bain
(Copie d'après Merry-Joseph Blondel)

 


Les Rubaiyat
(Omar Khayyam)

 

 

Le 26 Juillet 1916, plus de 4 ans après la catastrophe, la justice mit fin aux procédures d'indemnisation: elle n'accorda finalement que 663 000 $ sur les 16 804 113 $ réclamés pour l'ensemble des dédommagements, somme à répartir entre les plaignants.

La plus forte demande d'indemnisation avait été celle formulée par Charlotte Cardeza dans un document de 18 pages dactylographiées avec simple interligne: 177 352,75 $ (36 567 £) pour la perte de ses bagages personnels.

A ce jour, et malgré les nombreuses expéditions qui ont été effectuées sur l'épave, le Titanic retient toujours la Renault 1912 de William Carter ainsi que les 300 millions de dollars de diamants de la compagnie De Beers, qui n'ont jamais été retrouvés ...

 

Une réclamation toute particulière

 

Dans le naufrage du Titanic, outre la perte des vies humaines, nombre de personnes eurent à déplorer celle de leurs biens qui se trouvaient à bord.
Parmi elles, on trouve les destinataires de denrées alimentaires dont, par exemple, Vincenzo Vicario, demeurant à Providence dans Rhode Island, qui était le destinataire de 40 caisses de Roquefort.
Voici la traduction de la plainte qu'il déposa tardivement le 7 Juillet 1915 et par laquelle il demanda le remboursement de son préjudice ...

 

  Pour consulter le document original, cliquez sur ses 2 pages: page 1 et page 2 ...


COUR FEDERALE DES ETATS-UNIS,
DISTRICT SUD DE NEW YORK

 


AFFAIRE

- concernant -

Requête en limitation de responsabilité contre l'OCEANIC STEAM NAVIGATION COMPANY, LTD, en qualité de propriétaire du Paquebot "TITANIC."

 

Comparaît actuellement VINCENZO VICARIO, de Providence, Rhode Island, et dépose réclamation contre ledit Paquebot "TITANIC", ainsi qu'il suit:

Le plaignant était le propriétaire des biens suivants, de nature et valeur ci-après spécifiées, qui se trouvaient à bord du Paquebot "Titanic" lorsqu'il coula par suite d'une collision avec un iceberg, à ou vers les latitude 41°46 Nord et longitude 50°14 Ouest, le ou vers le 14ème jour d'Avril 1912, alors que ledit  Paquebot "Titanic" se dirigeait vers le port de New York, Etats-Unis d'Amérique, en provenance de Southampton, Angleterre. La nature des biens et leur valeur sont définis dans la liste suivante:

Propriétaire.

Marchandise.

Valeur.

Vincenzo Vicario

40 caisses de Roquefort

$800.00


Le plaignant allègue qu'avant le 14 Avril 1912, les marchandises susmentionnées avaient été dûment embarquées à bord du Paquebot "Titanic", pour lesquelles des connaissements étaient dûment établis et sont actuellement en possession du plaignant.

Le 14 Avril 1912, ledit Paquebot "Titanic", avec à bord la totalité de la cargaison ci-dessus spécifiée, coula par suite d'une collision avec un iceberg au lieu précité, et par suite de la collision, ledit Paquebot "Titanic", avec toute sa cargaison, incluant celle ci-avant spécifiée, fut perdu corps et biens. Ladite collision fut provoquée par ou en partie due à la faute et la négligence du Paquebot "Titanic", suite à laquelle notre plaignant, en qualité de propriétaire de la susdite cargaison, a subi un préjudice s'élevant à la somme de $800, pour lequel il dépose maintenant réclamation contre le Paquebot "Titanic".

New York, le 7 Juillet 1915.

 

  VINCENZO VICARIO

 
  Fait par     


Frank

Browne
   
Procureur

 

Le R.M.S. Titanic

Début de page
Page d'accueil