Les escaliers de 1ère Classe

 

Le raffinement des installations du Titanic et sa décoration luxueuse faisaient l'unanimité des passagers.

Les éléments décoratifs majeurs étaient, sans conteste, le majestueux Grand Escalier avant et l'escalier arrière. Tous deux, surmontés d'un dôme de verre, desservaient les installations de 1ère Classe. Le premier était situé entre les 1ère et 2ème cheminées, le second entre les 3ème et 4ème cheminées.

 


Emplacement des escaliers de 1ère Classe

 

Le Grand Escalier avant, avec sa double volée, constituait l'accès principal à tous les ponts desservant les installations de 1ère Classe, en reliant le pont des embarcations au pont E.
Il avait une hauteur de plus de 18 mètres et mesurait près de 5 mètres de large.

Il n'existe malheureusement pas de photographies d'époque du Grand Escalier, prises à bord du Titanic.
Seules subsistent celles prises sur son jumeau, l'
Olympic.

 


Reconstitution du Grand Escalier avant

 

Revêtus de leurs habits de soirée pour le dîner, les passagers de 1ère Classe descendaient le Grand Escalier jusqu'à la salle à manger sur le pont D ( ils disposaient également de 3 ascenseurs situés à l'arrière de l'escalier ).

 


Le dernier étage du Grand Escalier de 1ère Classe
sur le navire jumeau
Olympic

 

La décoration des géants des mers du début du XXème siècle, conforme aux goûts de l'époque, régnait généralement non sans excès.
Par exemple, le Grand Escalier du paquebot
France (qui effectua son voyage inaugural entre Le Havre et New York, le 20 Avril 1912, soit 10 jours après le Titanic), constituait le fleuron de sa décoration. Il était la réplique de celui de l'Hôtel du Comte de Toulouse, à Rambouillet, et la Grande Descente ( le dernier étage ) était inspirée de la Bibliothèque Nationale de France, à Paris.

Les architectes des chantiers Harland & Wolff, dont la coordination fut assurée par Alexander Montgomery Carlisle ( responsable des emménagements, de la décoration et du dispositif de sauvetage ) jusqu'à sa retraite, en 1910, avaient conçu une décoration faisant appel à un mélange de styles et d'imitations qui ne s'avérait pas toujours heureux mais cependant moins ostentatoire. On trouvait ainsi, à bord du Titanic, un échantillonnage presque complet de tous les styles européens des XVIIème et XVIIIème siècles.

En particulier, le style du Grand Escalier du Titanic était inspiré de l'époque Guillaume III et Marie II d'Angleterre, c'est à dire de la 2ème moitié du XVIIème siècle.
Les parois étaient lambrissées de chêne poli et, au lieu des habituelles balustrades aux sculptures chargées de cette époque, les décorateurs avaient préféré des balustrades de style Louis XIV, à volutes de fer forgé allégé de bronze et de dorures, et au décor de fleurs et de feuillages, telles que l'on peut en rencontrer dans certaines grandes demeures anglaises de l'époque.

Des tableaux décoraient les paliers de chaque étage; ils n'ont jamais été retrouvés. Sur l'Olympic, des tableaux similaires furent rachetés lorsque le navire fut envoyé à la démolition en 1935 et ils parent de nos jours, avec diverses boiseries et autres objets de décoration, les murs des certaines demeures anglaises et des locaux d'entreprises. En particulier, les tableaux ci-dessous décorent les bureaux de la fabrique de peinture Crown & Berger à Haltwhistle en Angleterre ( Comté de Northumberland ). On pense qu'ils ont été commandés par les chantiers Harland & Wolff à des artistes locaux de Belfast.

 


Deux tableaux provenant de l'Olympic

 

A chaque palier, l'escalier débouchait sur de vastes halls éclairés par de délicates lampes de plafond dorées et meublés de sièges confortables.

Au niveau supérieur, décorant le dernier demi palier, un grand panneau mural, sculpté par l'artiste Charles Wilson, abritait une pendule entourée de personnages allégoriques symbolisant "L'Honneur et le Gloire couronnant le Temps".
Du fait qu'il n'existe pas de photographie de ce panneau prise sur le
Titanic, il n'est connu qu'à travers son semblable, situé sur le navire jumeau Olympic.
Cette pendule ne put pu être installée à temps avant que le paquebot quitte Belfast, une fois ses essais en mer terminés. Un miroir lui fut alors substitué et elle ne prit sa place qu'après l'arrivée du Titanic à Southampton.

 


Détail de la pendule:
"L'Honneur et la Gloire
couronnant le Temps"
(Panneau de l'
Olympic)
 
Etude en bois
du panneau de l'
Olympic
(National Maritime Museum, Southampton)

 

Sur ce panneau sculpté, on peut voir deux femmes ailées ( les allégories ) entourant le Temps symbolisé par la pendule:

Après le démontage de l'Olympic en 1935, de nombreuses pièces ont été soit vendues aux enchères, soit entreposées dans un hangar où elles furent découvertes 56 ans plus tard.
En particulier le panneau allégorique original, qui fut vendu, se trouve désormais, avec d'autres boiseries, dans l'
Hôtel White Swan à Alnwick, en Angleterre ( comté de Northumberland ).
L'étude en bois ayant servi à l'élaboration de la sculpture est exposée au National Maritime Museum de Southampton, et une reproduction se trouve au Musée des Traditions et des Transports d'Ulster ( situé à Cultra, jouxtant Holywood et près de Belfast, en Irlande du Nord ).
C'est à partir du panneau original que Dave Coldham, chef sculpteur, a supervisé la réalisation de la reproduction que l'on peut voir dans le film de James Cameron.

Au pied de la 1ère volée de marches, sur le pont A, le départ d'escalier était orné d'un chérubin de style XVIIème siècle, portant une torche. Il existait aussi un chérubin plus petit sur les départs d'escalier des autres ponts, excepté sur le pont D, où se trouvait un candélabre, et sur le pont E.
A chacun des paliers, les 4 faces du départ d'escalier portaient des motifs sculptés différents.

 


Boiserie ( longueur 1,50 m ) provenant d'un départ d'escalier
et découverte peu après le naufrage par le
Minia

 

Pour monter du palier du pont A au demi palier où se situait l'horloge, les passagers devaient gravir les 12 marches de la double volée, puis gravir les 7 autres marches de l'une des 2 volées latérales supérieures donnant l'accès au hall d'entrée du pont des embarcations. Le nez de chacune des marches était protégé par une plinthe de laiton.

L'escalier était surmonté d'une verrière dont le dôme, constitué d'un ensemble de panneaux de verre dépoli enchâssés dans une armature de fer forgé, laissait filtrer et se déverser, le jour, des flots de lumière.
La nuit, un énorme lustre de cristal portant 50 lampes, fabriqué par Perry & Co. à Londres, ainsi qu'un anneau de lampes à incandescence situé dans la moulure de la bordure interne du dôme, illuminaient l'escalier.

 


Lustres de forme semblable à celui éclairant le dôme

 

Nota: Ce n'est qu'en Avril 1999 que son propriétaire montra au public le carnet de croquis de la compagnie Heaton Tabb & Co., qui était chargée de la décoration intérieure des 3 paquebots transatlantiques de classe Olympic.
C'est dans ce carnet que l'on peut voir des plans en coupe du dôme et son mode d'éclairage nocturne.
A l'époque du tournage du film, James Cameron, ignorant l'existence de ces croquis, filma un dôme éclairé par l'arrière, ce qui donne le même effet mais ne correspond pas à la réalité.

 

Sur le pont A, le Grand Escalier débouchait sur le hall d'entrée de 1ère Classe.
Face aux marches, un corridor conduisait au Salon de lecture et d'écriture ainsi qu'au Salon de 1
ère Classe.

Sur le pont D, il débouchait sur le Grand Salon de réception de 1ère Classe tendu de panneaux blancs, attenant à la Salle à manger de 1ère Classe.
Le départ d'escalier, sur le pont D, était surmonté d'un magnifique candélabre à 21 lampes, accueillant les convives de tous ses feux.
Face à l'escalier, le long du mur du Grand Salon de réception, se trouvait une tapisserie d'Aubussson intitulée "Les Chasses du Duc de Guise" et représentant deux chasseurs accompagnés d'un chien.

 


Le candélabre, sur le pont D

 

La double volée de marches se terminait sur le pont E.
Le Grand Escalier possédait cependant un prolongement jusqu'au pont F: une simple volée du pont E au pont F permettait de desservir la piscine et les bains turcs.

 

Et maintenant, grâce à des images reconstituées à 360°, découvrez ce lieu grandiose ainsi que son environnement ( cliquez sur chaque image afin de voir son agrandissement ) ...

 

Cliquez pour agrandir ...

Au sommet du Grand Escalier, se trouvait l'accès vers le pont des embarcations

 

Cliquez pour agrandir ...

Sur le demi-palier supérieur, entre le pont A et le pont des embarcations,
resplendissait la pendule murale

 

Cliquez pour agrandir ...

Le pied de la Grande Descente, sur le pont A

 

Grâce aux images vidéo en 3 dimensions, qui apparaîtront en cliquant sur les liens suivants ( pour les afficher, il est nécessaire d'être équipé du logiciel Quick Time ), vous pourrez compléter votre visite virtuelle du Grand Escalier. En utilisant le zoom en en déplaçant la souris, vous circulerez en tous sens pour contempler le richesse de la décoration.
Tendues sur les murs des paliers, on peut remarquer les tapisseries, et sur les 2 dernières vidéos, le candélabre aux 21 lampes décrit plus haut.
La reconstitution n'est cependant pas totalement fidèle sur le palier du pont D: la tapisserie faisant face à l'escalier et qui montre un personnage à cheval, est différente de l'originale ( 2 chasseurs accompagnés d'un chien ).

 

A l'arrière du navire, entre les 3ème et 4ème cheminées, se trouvait l'escalier arrière, réplique du Grand Escalier avant, reliant le pont A au pont C.

Bien moins grand et moins majestueux que le Grand Escalier avant, celui-ci était décoré dans un style identique, s'enorgueillissant des mêmes lambris de chêne et des mêmes balustrades raffinées de fer forgé.

 


L'escalier arrière sur le navire jumeau Olympic
(On remarque la pendule placée dans un panneau
plus dépouillé que celui de l'escalier avant)

 


Morceau de chêne sculpté provenant
de la balustrade de l'escalier arrière
et découvert peu après le naufrage par le
Minia

 

Au moment du naufrage, la cassure du navire se produisit juste au niveau de l'escalier arrière, ce qui explique qu'il a été découvert davantage de morceaux et objets divers provenant de cet escalier que de son homologue de l'avant.
C'est ainsi qu'en 1987, une expédition sur l'épave, à laquelle participait l'IFREMER, retrouva le chérubin de bronze qui décorait le départ de l'escalier arrière, sur le pont C.
Ce chérubin, mesurant 45 cm, a été identifié comme provenant de l'escalier arrière et non du Grand Escalier avant en raison de l'endroit où il a été découvert, de sa plus petite taille et de la position de ses bras. (Pour explication, lire le
Nota ).

 


Le chérubin retrouvé ornait le départ
de l'escalier arrière, sur le pont C

 

Nota: Il existe de nombreuses représentations des chérubins des escaliers de 1ère Classe, tendant une torche de leurs deux bras.
Beaucoup sont malheureusement erronées car inversées horizontalement.
Voici de quelle manière les chérubins doivent être correctement représentés ...

 

Les panneaux et balustrades de bois ayant habillé les escaliers sont désormais introuvables car rongés par les bactéries régnant dans les fonds sous-marins; quant aux armatures des escaliers et des dômes, faites d'acier ou de fer forgé, les différentes expéditions n'en n'ont pas trouvé trace: soit qu'elles sont enfouies dans la vase reposant sur le fond ou les ponts, soit qu'elles aient aussi été les proies des organismes marins.

 


Les restes de la cage
du Grand Escalier

 

Du Grand Escalier avant, il ne reste plus aujourd'hui, comme le montre la photographie ci-dessus, que sa cage débouchant par une ouverture béante d'environ 6 m sur 5 m.

De l'escalier arrière, on peut voir, au fond de l'océan, une partie de la verrière avec son armature:

 


Partie du dôme de l'escalier arrière gisant sur le fond

 

Le R.M.S. Titanic Début de page

Sommaire