L'épopée des explorations de l'épave du Titanic

(Suite)

 

Vers page précédente (1912-1985)

 

1986 - Robert Ballard / Woods Hole Oceanographic Institution

Du 9 au 26 Juillet 1986, Robert Ballard se passa de la collaboration française et de sa technologie de récupération d'objets, en raison du différend qui les avait opposés et parce que l'IFREMER n'avait pu obtenir le budget nécessaire.

 


L'Atlantis II

 

A bord du navire Atlantis II de l'US Navy, Robert Ballard revint sur l'épave, à la tête de 56 personnes, équipage et scientifiques. La mission disposait du submersible triplace Alvin, sphère de titane de 2,13 mètres de diamètre, et du petit véhicule télécommandé et autopropulsé Jason Junior.
Alvin effectua 11 plongées sur l'épave.

 


Le submersible Alvin

 


Alvin, tel qu'il apparaissait en 1974

 

Jason Jr., long de 70 cm, était équipé de caméras à haute résolution et de puissants projecteurs. Il était relié à Alvin par un cordon de transmission et de communication long de 75 mètres.
Grâce à
Jason Jr., il fut possible d'explorer des zones inaccessibles de l'épave, dont la cage du Grand Escalier avant de 1ère classe.

 


A gauche: Jason Junior "regarde "par la fenêtre d'une cabine de luxe
A droite: Vue éclatée de
Jason Junior

 

Bien que l'équipe américaine explorât le côté tribord de la proue, où l'iceberg heurta le navire, les preuves des dégâts se trouvaient toujours enfouies dans la vase du fond de l'océan et ne purent être découvertes.
Aucun objet ne fut récupéré pendant cette mission, mais plus de 50000 photographies et 100 heures d'enregistrement vidéo furent réalisés.

Lors de sa dernière plongée, Alvin déposa 2 plaques commémoratives sur le Titanic.
L'une fut déposée au nom de la Titanic Historical Society, et portait l'inscription gravée: "
A la mémoire de ceux qui ont péri avec le Titanic du 14 au 15 Avril 1912. Dédié à William H. Tantum IV dont le rêve de découvrir le Titanic a été réalisé par le Dr Robert D. Ballard. Le Bureau et les Membres de la Titanic Historical Society. 1986".
La seconde plaque fut déposée au nom du Club des Explorateurs et portait l'inscription gravée: "
Le Club des Explorateurs. En reconnaissance des efforts scientifiques des explorateurs Américains et Français qui ont découvert le RMS Titanic. Qu'il soit décidé que quiconque vienne ici ultérieurement laisse en paix ce navire et ce qu'il contient, comme un mémorial dédié à l'exploration en eaux profondes. Le Conseil de Direction. 4 Juillet 1986".

 


Plaque déposée sur la poupe en souvenir de Bill Tantum
et de ceux qui périrent sur le
Titanic

 

Le 6 Octobre de la même année, le Congrès Américain prononça, sous l'insistance de Robert Ballard et à une large majorité, le Titanic Maritime Memorial Act, encourageant un consortium de nations (Canada, Royaume Uni et France) à définir des règles internationales "pour la conduite de la recherche, de l'exploration et, le cas échéant, de la récupération du RMS Titanic". Le décret fut signé le 21 Octobre par le Président des Etats-Unis, Ronald Reagan. Quelques juristes discutèrent cependant cette décision, arguant que le Titanic reposait dans les eaux internationales, au-delà de toute juridiction.

 

1987 - Titanic Ventures / Westgate Productions / IFREMER

En 1987, la société en commandite du Connecticut Titanic Ventures, fondée par George Tulloch (qui fut propriétaire, dans les années 1970, de la plus importante concession BMW américaine), et associée à Westgate Productions de Los Angeles pour la production des images, conclut un contrat avec l'IFREMER afin d'effectuer une campagne de recherche, d'exploration et de récupération d'objets sur le site de l'épave du Titanic.
L'IFREMER utilisa son navire de recherche
Nadir, le sous-marin habité triplace Nautile et le robot télécommandé et autopropulsé ROBIN (ROBot d'Inspection du Nautile).

 

 

 


Le Nadir

 

Le Nautile, long de 8 mètres et pesant 18,5 tonnes, possède une coque en alliage de titane. Une sphère habitable de 2,10 mètres de diamètre permet à 3 personnes d'y prendre place: un pilote, un copilote et un passager. Il est équipé 6 projecteurs, de 2 bras manipulateurs d'objets et d'une ventouse pour prélever les plus fragiles. Un panier articulé lui permet de transporter des outils et les objets récupérés. Il est capable de descendre jusqu'à moins 6000 mètres.
ROBIN, du même type que Jason Jr., long de 67 cm, était commandé depuis le Nautile grâce à un câble de liaison long de 70 mètres, et était équipé de caméras vidéo.

 


Le Nautile

 

Du 22 Juillet au 11 Septembre 1987, l'expédition récupéra 1800 objets au cours de 32 plongées, en particulier le chérubin de bronze provenant du Grand Escalier arrière de 1ère Classe.
Elle réalisa aussi quelques 140 heures de prises de vues vidéo et plus de 7000 photographies de l'épave et du champ des débris.
Tous les objets retrouvés et récupérés par les bras manipulateurs du
Nautile, furent traités et restaurés par les laboratoires d'Electricité de France.

 


Le robot ROBIN et le chérubin retrouvé

 

1991 - Steve Blasco - "Titanica"/ Shirshov Institute of Oceanology

Du 30 Juin au 16 Juillet 1991, une mission russo-canadienne, commanditée par une équipe de cinéastes indépendants, réalisa une expédition sur l'épave à bord du navire océanographique russe Akademik Mstislav Keldysh et des 2 sous-marins Mir 1 et Mir 2. Cette expédition coûta 7 millions de dollars.
Les caractéristiques et le fonctionnement des submersibles
Mir sont décrits dans la page consacrée à L'expédition Titanic 2000 au cours de laquelle ils furent aussi utilisés.

 


L'Akademik Mstislav Keldysh et l'un des submersibles Mir

 

Dotée de moyens cinématographiques importants dont des caméras spéciales 3D à haute résolution, la mission eut pour objectif de réaliser le tournage d'un film en IMAX. Après 17 plongées et 139 heures passées au fond de l'océan, elle ramena 1200 km de pellicule desquelles sera issu le film "Titanica" du réalisateur Stephen Low, sorti en 1992.

 


Steve Blasco
 
Affiche du film "Titanica"
 
Anatoly Sagalevitch

 

Le responsable de l'équipe canadienne était le géophysicien Steve Blasco et celui de l'équipe russe était le Professeur Anatoly Sagalevitch, chef du laboratoire pour les submersibles de grands fonds à l'Institut P.P. Shirshov de l'Académie Russe des Sciences Océanographiques.
L'Institut Shirshov est propriétaire du navire ainsi que des 2 submersibles conçus par Anatoly Sagalevitch.

L'expédition effectua 17 plongées sur l'épave: 11 plongées sur la partie avant et 6 sur la partie arrière. De nombreux objets furent repérés mais non remontés.

A l'issue de cette mission à laquelle il participa comme conseiller dans le domaine des plongées, le médecin et explorateur Joseph MacInnis, Président de Undersea Research Ltd. de Toronto, publia son ouvrage "Titanic: In a New Light".

 

 

1992 - MAREX Titanic Inc.

En Septembre 1992, la compagnie rivale de sauvetage MAREX Titanic Inc. basée à Memphis, Tennessee, dirigée par James Kollar, organisa sa propre expédition, en collaboration avec Jack Grimm, à bord du navire Sea Mussel.
Cependant, RMS Titanic Inc., qui avait obtenu l'exclusivité des fouilles sur l'épave, intenta un procès qui interrompit en plein Atlantique le déroulement du projet. Le 23 Décembre 1993, MAREX Titanic Inc. fut finalement condamnée à verser plus de 62 000 dollars de dommages et intérêts.

 

1993 - RMS Titanic Inc. / IFREMER

Le 4 Mai 1993, la société RMS Titanic Inc., présidée par George Tulloch, avait acquis l'actif et le passif de la société en commandite Titanic Ventures.
Le mois suivant, elle conclut un contrat avec l'IFREMER afin de réaliser une seconde expédition conjointe sur le site de l'épave.
L'expédition fut conduite par George Tulloch et Arnie Geller, co-fondateur de RMS Titanic Inc. et ancien producteur de disques, et l'équipe franco-américaine utilisa à nouveau le navire de recherche français
Nadir ainsi que le sous-marin triplace Nautile.
15 plongées furent effectuées, qui permirent de remonter environ 800 objets dont 2 éléments de sirènes et un bossoir.
A l'aide du véhicule télécommandé
ROBIN, l'équipe explora l'intérieur de la coque du Titanic. ROBIN put ainsi pénétrer dans des zones étaient trop dangereuses d'accès pour le Nautile. L'expédition réalisa environ 105 heures de prises de vues vidéo au cours de 15 plongées.
Tous les 800 objets récupérés furent débarqués au terminal de Norfolk, en Virginie puis furent acheminés vers le laboratoire français LP3 de Semur-en-Auxois, en Côte d'Or, où ils furent traités afin d'assurer leur conservation.

 

1994 - RMS Titanic Inc. / IFREMER

Le 7 juin 1994, la Cour Fédérale de Virginie déclara RMS Titanic Inc. "exclusif sauveteur en possession du Titanic et unique propriétaire des objets récupérés sur le site sous condition d'effectuer des expéditions régulières".

Durant l'été 1994, RMS Titanic Inc., à nouveau associée à l'IFREMER, retourna sur le site de l'épave et effectua 18 nouvelles plongées.
L'expédition, dirigée par George Tulloch, récupéra environ 1000 objets dont des effets personnels, une montre en or, de la vaisselle, des jumelles et une série de bollards pesant 2 tonnes, qui servirent jadis à attacher les amarres du Titanic.
L'expédition remonta aussi de nombreux morceaux de charbon trouvés sur le champ des débris. Elle identifia et mesura un gros morceau de coque d'un poids estimé à 18 tonnes, celui
photographié lors de l'exploration de la découverte, en 1985.

 

1995 - James Cameron - Film "Titanic" / Shirshov Institute of Oceanology

Du 7 au 27 Septembre 1995, pour la préparation de son film "Titanic", James Cameron fit appel à Anatoly Sagalevitch et à ses moyens: le navire océanographique Akademik Mstislav Keldysh et les 2 submersibles Mir 1 et Mir 2.

L'expédition effectua, en 17 jours, 12 doubles plongées sur l'épave qu'elle explora au moyen d'un véhicule télécommandé spécialement conçu, le ROV (Remotely Operated Vehicle), relié à l'un des submersibles par un cordon ombilical de 26 mètres de longueur et qui fut baptisé Snoop Dog ("Le Chien fureteur") en raison de sa "laisse".

Michael Cameron, frère de Jim, inventa une caméra de 35 mm placée dans un cylindre de titane de 60 cm lui-même situé dans une cloche en verre de silice épais de 25 cm, pouvant résister à des pressions hydrauliques élevées (500 kg par cm2) et des températures très basses. C'est James Cameron lui-même qui pilota la caméra depuis l'intérieur du submersinle Mir, au moyen de commandes d'orientation.

 

1996 - RMS Titanic Inc. / IFREMER

Une fois de plus associée à l'IFREMER, l'expédition organisée du 1er au 30 Août 1996 par RMS Titanic Inc. et dirigée par George Tulloch avait pour objectif d'examiner l'épave et de remonter le morceau ce coque repéré en 1994.
Les Américains utilisèrent le navire
Ocean Voyager tandis que les Français firent à nouveau appel au Nadir et au Nautile. Des scientifiques de plusieurs autres nationalités participèrent également à l'expédition: architectes navals, microbiologistes, métallurgistes, historiens, etc.
Les moyens de recherche étaient des plus sophistiqués, utilisant les derniers progrès de la technologie.

 


L'Ocean Voyager

 

Le morceau de coque fut identifié comme appartenant à la partie du flanc tribord située au niveau des cabines C79 et C81 du Titanic. Un transpondeur lui fut fixé.
L'équipe tenta de le remonter en y attachant des câbles fixés à des ballons remplis de gazole qui, plus léger que l'eau, provoquèrent la remontée. Alors que la pièce se trouvait à 60 m de la surface, la mer se forma sous l'effet de l'arrivée de l'ouragan Edward, les câbles se rompirent, laissant retomber le morceau de coque au fond de l'océan.

 


Schéma de principe de la remontée
du morceau de coque par des ballons

 

1998 - RMS Titanic Inc. / IFREMER

RMS Titanic Inc., avec George Tulloch, et l'IFREMER effectuèrent, à partir du 5 Août 1998, leur 5ème expédition conjointe.
A bord de l'
Ocean Voyager et du Nadir, l'expédition continua les investigations scientifiques commencées en 1996 et remonta d'autres objets remarquables, avec l'assistance du navire de récupération Abeille Supporter.

 


L'Abeille Supporter

 

En particulier, l'équipe réussit à remonter la porte de coupée bâbord du pont D, 4 hublots et, le 10 Août, à l'aide d'un treuil géant, le morceau de coque de 18 tonnes baptisé "The Big Piece", facilement repéré grâce au transpondeur qui lui avait été fixé en 1996 et dont la récupération avait échoué. Les Chantiers Harland & Wolff, confirmèrent sa provenance de la paroi tribord des cabines de 1ère Classe C79 et C81.
Ce morceau, percé de 4 hublots dont certains possèdent encore entourage de laiton ou vitre, fut aussitôt séparé en 2 parties (le fragment inférieur tenant mal et étant dangereux), ce qui permet de les présenter simultanément dans des expositions différentes.

 


Récupération du morceau de coque baptisé "The Big Piece"

 

Pour la première fois dans l'histoire, l'expédition établit une liaison par fibres optiques avec le fond de l'océan, qui permit d'assister en direct à l'exploration de l'épave par un sous-marin habité.
La proue et la poupe du
Titanic furent cartographiées en images digitales à très haute résolution.

La comparaison des observations avec celles des années précédentes montra que la dégradation de l'épave s'était considérablement accélérée.

 

2000 - RMS Titanic Inc. / Shirshov Institute of Oceanology

Cette expédition fut la plus ambitieuse jamais réalisée en haute mer et se déroula du 22 Juillet au 27 Août 2000.
Pour en connaître les détails (objectifs, moyens humains et logistiques, résultats), consulter la page spécifique lui est consacrée:
L'expédition Titanic 2000.

 

2001 - James Cameron - "Ghosts of the Abyss" ("Les Fantômes du Titanic")

Du 4 Août au 25 Septembre 2001, James Cameron retourna sur l'épave, accompagné des historiens du Titanic Don Lynch et Ken Marschall, afin de réaliser le tournage d'un film documentaire de 45 mn en 3D IMAX haute définition, au budget de 12,5 millions de dollars, intitulé "Ghosts of the Abyss" ("Les Fantômes du Titanic"). Ce film est sorti aux Etats-Unis le 11 Avril 2003 et, en France, le 10 Septembre 2003.
Participèrent à la réalisation du projet, ses 2 frères John David et Michael.

 


Don Lynch et Ken Marschall

 

L'objectif de la mission était de réaliser des prises de vues vidéo digitales 3D haute définition de l'extérieur de l'épave, de la proue et de la poupe ainsi que du champ des débris, illuminées par le dessus au moyen d'une plate-forme d'éclairage manoeuvrable appelée Medusa et d'utiliser deux mini ROV dernier cri conçus et construits par Michael Cameron.

James Cameron utilisa à nouveau le navire Akademik Mstislav Keldysh et les 2 submersibles Mir 1 et Mir 2.
Les caractéristiques et le fonctionnement des submersibles
Mir sont décrits dans la page consacrée à L'expédition Titanic 2000 au cours de laquelle ils furent aussi utilisés.
La plate-forme
Medusa, fabriquée par Phoenix Engineering, suspendue par câble au navire de surface M.T. Eas et placée à 30 m au-dessus de l'épave, fournit une source lumineuse diffuse d'une puissance de 12 kW, conçue pour illuminer de plus larges secteurs de l'épave que lors des expéditions précédentes. Elle constituait elle-même un ROV possédant sa propre caméra couleur capable de zoomer sur les cibles se trouvant plus bas.

 


Le M.T. Eas

 

Les 2 ROV autopropulsés, de taille très compacte, mesurant 70 cm x 40 cm x 40 cm et baptisés Jake et Elwood (The Blues Brothers), furent capables de pénétrer à l'intérieur de l'épave, plus profondément que lors des explorations précédentes et de réaliser des images vidéo de haute qualité. Un minuscule câble à fibres optiques, long de 600 m, les reliait aux sous-marins Mir, ce qui en fait aussi leur particularité par rapport à leurs prédécesseurs.

Au cours de 12 doubles plongées sur l'épave, 900 heures de prises de vues vidéo furent réalisées.

Outre l'épave du Titanic, l'expédition filma également l'épave du cuirassé allemand Bismarck, coulé dans l'Atlantique Est le 27 Mai 1941, et découverte le 5 Juin 1989 par Robert Ballard.

 


Schéma de principe de prise de vues.
Tandis que la plate-forme
Medusa, suspendue au navire de surface M.T. Eas,
assure l'éclairage de l'épave, le
ROV, relié à l'un des sous-marins Mir
par câble à fibres optiques, se déplace pour effectuer les prises de vues.
Mir transmet, par liaison radio, les images au Keldysh
qui les renvoie à terre par liaison satellite.

 

2004 - Robert Ballard / National Ocean and Atmospheric Administration

Cette expédition, baptisée "Retour à bord du Titanic", a eu lieu du 27 Mai au 12 Juin 2004 sous la direction de Robert Ballard qui revenait pour la première fois depuis 1986 à la rencontre de son "vieux complice".
L'objectif de la mission était de prendre des images du navire et du champ des débris puis de les comparer à celles prises en 1985 et 1986, afin de mettre en contraste le passé et le présent du navire et d'identifier les stratégies de préservation de l'épave pour les futures générations.
Pour en connaître les détails (objectifs, moyens humains et logistiques, résultats), consulter la page spécifique lui est consacrée:
L'expédition 2004 "Retour à bord du Titanic".

 

2004 - RMS Titanic Inc.

Le 20 Septembre 2004, RMS Titanic Inc. a annoncé la fin de sa 7ème expédition de recherche et de récupération, à bord du navire Mariner Sea.
Le communiqué de presse annonçait:

 


Le Mariner Sea

 

L'expédition 2004 a débuté le 25 Août 2004 à Halifax, Nouvelle-Écosse, Canada, et pour la première fois, la Compagnie a pu compter exclusivement sur un ROV (Remotely Operated Vehicle / Véhicule Télécommandé) qui a permis à l'expédition d'effectuer des opérations sous-marines 24 heures sur 24.

Les objectifs de cette mission, outre la récupération d'objets d'importance historique et l'identification d'objets pour de futures récupérations, furent d'inspecter le site de l'épave en raison des "prétendus dommages provoqués par de précédents visiteurs" et d'établir, si nécessaire, une charte pour les visites futures.

A l'issue de la mission, Arnie Geller, Chef de l'Expédition et Président de la Compagnie, déclara: "Je suis heureux d'annoncer que l'Expédition 2004 a rempli tous ses objectifs en plus de la découverte d'un nouveau champ de débris où des vestiges du Restaurant à la Carte de 1ère Classe ont été découverts. Le résultat est que plusieurs objets importants ont été localisés et ceux qui ont été récupérés ne manqueront pas de fasciner les visiteurs venant assister au programme d'expositions publiques de la Compagnie".

L'expédition découvrit, en effet, un nouveau champ de débris situé au Sud de la poupe, où furent récupérés 75 objets dont la plupart sont des vestiges du Restaurant à la Carte, en particulier une bouteille de champagne, un stérilisateur à lait et une applique murale.
D'autres objets furent retrouvés: des éléments de décoration du Grand Escalier, un carreau de linoléum provenant du sol des Bains Turcs, une carafe en cristal, des morceaux de lit, des pièces diverses contenant du cuivre, du bronze, du laiton, de la porcelaine et du cuir.

 

2005 - James Cameron

Du 24 Juin au 5 Juillet, puis du 18 au 30 Juillet 2005, James Cameron a conduit une nouvelle expédition, en deux parties, en partenariat avec la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) et la chaîne de télévision Discovery Channel, avec pour objectif la visite de l'intérieur de l'épave, en particulier de zones jusqu'alors inexplorées, et l'examen des détériorations récemment intervenues. Les prises de vues ont donné lieu au film documentaire "Last Mysteries of the Titanic" diffusé par Discovery Channel.
Cameron a fait appel aux moyens russes composés du navire océanographique Akademik Mstislav Keldysh et des 2 sous-marins Mir 1 et Mir 2, ainsi que de mini robots et de 16 caméras vidéo. Une cinquantaine de personnes, dont des scientifiques et des historiens du Titanic, composaient l'équipe.

 

2010 - RMS Titanic Inc. / Woods Hole Oceanographic Institution

A partir du 24 Août 2009 et pour une durée d'une vingtaine de jours, RMS Titanic Inc., présidée alors par Christopher Davino, et la Woods Hole Oceanographic Institution of Massachusetts, ont conjointement organisé une expédition scientifique sur l'épave du Titanic.
L'objectif de la mission, qui est considérée comme la plus grande mission scientifique consacrée à l'épave depuis sa découverte, est d'évaluer l'état de détérioration de l'épave, de répertorier tous ses éléments (qui ont subi l'influence des courants sous-marins, de l'eau salée et de la pression), et d'en créer une carte tridimensionnelle la plus détaillée possible.
Christopher Davino a qualifié l'entreprise de "renflouage virtuel, pour fixer à jamais son état actuel dans les esprits et les coeurs de l'humanité".
Les moyens utilisés à cet effet sont le navire scientifique Jean Charcot, long de 76 mètres, un sous-marin robotisé muni de caméras vidéo à haute résolution pour inspecter de très près l'épave, un second véhicule sous-marin équipé d'un sonar puissant et sophistiqué devant permettre à l'équipage de cartographier le site de l'épave et en réaliser une reconstitution virtuelle en trois dimensions. Les sous-marins sont du type AUV (Autonomous Underwater Vehicle - Véhicule Sous-Marin Autonome).
Une équipe de 20 personnes participe à l'expédition, parmi lesquelles des archéologues, des océanographes et d'autres scientifiques dont le Français Paul-Henri Nargeolet qui codirige l'opération et connaît bien l'épave pour y être descendu une trentaine de fois.

 

 
Le navire Jean Charcot et le sous-marin Ginger

 

Selon les organisateurs de l'expédition, la carte 3D de l'épave sera, à terme, accessible au public via Internet. Il s'agit ainsi de "préserver l'héritage du paquebot en mettant en valeur l'histoire du Titanic lui-même", explique David Gallo, l'un des responsables de l'expédition, "et d'en faire un site archéologique comme un autre en permettant au grand public d'y accéder virtuellement".

 

Nota: La propriété de l'épave du Titanic

Selon les lois maritimes américaines, le propriétaire d'un navire conserve ses droits sur son épave, à moins qu'il ne les abandonne ou qu'une période inhabituellement longue ne se soit écoulée depuis son naufrage. Dans de telles situations (comme c'était le cas pour le Titanic), une Cour Maritime peut désigner une tierce partie Sauveteur en possession de l'épave si cette partie prétend à l'être en récupérant des objets sur le site. Afin de garantir l'exclusivité de ses droits sur l'épave, le Sauveteur en possession se doit de poursuivre activement son action sur le site de l'épave.

RMST (RMS Titanic Inc.) est la seule entité qui ait retrouvé et conservé des objets provenant du Titanic. En conséquence, conformément à un jugement prononcé par la Cour de Virginie le 7 Juin 1994, RMST a été déclarée Sauveteur en possession de l'épave et du site de l'épave du RMS Titanic, unique et exclusif propriétaire de tous les objets retrouvés sur l'épave et, aussi longtemps que la société est Sauveteur en possession, unique et exclusif propriétaire des objets retrouvés sur le Titanic dans le futur. Le jugement de la Cour inclut, sans limitation, les biens mobiliers, la cargaison, la machinerie, l'équipement, l'appareillage et les installations du Titanic. Ce jugement fut confirmé en Cour d'Appel le 22 Mars 1999, et la Cour Suprême des Etats-Unis refusa de réviser cette décision.

Aucune autre entité ne possède un droit de récupération sur le Titanic tant que RMST est Sauveteur en possession. De manière à maintenir ce statut, RMST doit maintenir une présence raisonnable sur l'épave en effectuant des expéditions de recherche et de récupération périodiques, et doit poursuivre ses efforts de récupération et de conservation pendant les périodes situées entre les expéditions.

 

  

Début de page

Page d'accueil

L'Épave